Coupe du Monde 1994 aux États-Unis en photos

Ray Houghton

Premier tour et premier coup de tonnerre dans le ciel de New York : une frappe lointaine et très pure de Ray Houghton surprend Gianluca Pagliuca. Le Giants Stadium rugit tandis que la République d'Irlande ouvre le score. Roy Keane et Steve Staunton félicitent ici leur partenaire, auteur de l'unique but du match. Avant la Coupe du Monde de la FIFA Corée/Japon 2002, l'équipe au Trèfle ne s'était qualifiée que deux fois pour une phase finale (1990 et 1994). Mais elle est parvenue à chaque fois à accéder au deuxième tour.

Fuad Amin

La joie des Saoudiens aprés le but de Fuad Amin contre les Pays-Bas. Le monde entier se souvient surtout d'un autre but de l'Arabie Saoudite : la chevauchée fantastique de plus de 80 mètres de Saeed Owairan contre la Belgique, qui permit à son pays de remporter son premier match en Coupe du Monde de la FIFA. Owairan devint un véritable héros national, mais fit plus tard un séjour en prison pour "comportement non-musulman".

Emmanuel Amunike

Verts de bonheur, suite : Emmanuel Amunike, ici retenu par Daniel Amokachi, exprime sa joie après avoir ouvert le score pour le Nigeria contre l'Italie en huitième de finale. Il faudra une égalisation de Roberto Baggio et un autre but du Divin Codino en prolongation pour mettre fin au rêve des Africains. Pour leur première particiaption à la Coupe du Monde de la FIFA, les Super Eagles ont fait forte impression.

Thomas Berthold

Thomas Berthold et la Mannschaft pris dans les mailles du filet bulgare. L'Allemagne, tenante du titre et toujours finaliste depuis 1982, quitte la compétition après ce quart de finale. Les Bulgares de Hristo Stoitchkov s'étaient qualifiés in extremis pour la Coupe du Monde de la FIFA USA 1994 en battant la France à Paris, dans le temps additionnel du dernier match qualificatif. Ils confirment qu'ils sont plus qu'une génération talentueuse : une grande équipe.

Romario

Romario balle au pied, en demi-finale face à la Suède. La perle du FC Barcelone, Bebeto à ses côtés, sème la terreur dans les meilleures défenses du monde. Le courant ne passait pas entre Romario et le séléctionneur Carlos Parreira. Ce dernier fut pourtant contraint de le convoquer en urgence pour le dernier match des éliminatoires contre l'Uruguay. Un match décisif. Comme Romario, auteur de deux buts! Il gagnait ainsi sa place pour les États-Unis, où il sera élu "Meilleur joueur du tournoi".

Suède Coupe du Monde 1994

L'équipe de Suède pose pour les photographes après avoir remporté son match pour la troisième place, contre la Bulgarie (4-0). Les Scandinaves, inattendus à ce stade de la compétition, n'avaient plus atteint le dernier carré depuis 1958, lors de la Coupe du Monde de la FIFA qu'ils avaient organisée.

Public Américain Coupe du Monde 1994

Le public américain a répondu présent pour "sa"Coupe du Monde de la FIFA, comme en témoignent les tribunes bien garnies du Rose Bowl de Pasadena, sous les palmiers de Californie. Près de 95 000 spectateurs ont assisté à la finale Brésil-Italie. Avec 3 567 715 entrées, la phase finale de 1994 a d'ailleurs battu le dernier record d'affluence, établi par l'Italie quatre ans plus tôt.

Roberto Baggio

Meneur de jeu, leader technique et buteur providentiel de l'Italie, Roberto Baggio va se présenter pour son tir au but face au Brésil, les deux formations n'ayant pu se départager dans le temps règlementaire et la prolongation. Elu successivement "Meilleur Joueur d'Europe" et "Meilleur Joueur du Monde"en 1993, Baggio n'en rate pas moins son tir au but, tout comme Franco Baresi et Daniele Massaro. Le Brésil est champion du monde!

Carlos Alberto Parreira

"Après la Coupe du Monde 1994, j'ai demandé à Carlos Alberto Parreira, l'entraîneur du Brésil: - Si on faisait jouer le Brésil 1970 contre celui de 1994, qui serait le plus fort ? - Celui de 1970, si on pouvait lui donner la vitesse de 1994."

Franco Baresi

Roberto Baggio (à gauche) et Franco Baresi sont incrédules. Le second, défenseur de légende du Milan AC était déjà dans la Squadra Azzurra lors du sacre de 1982. Mais il était sur le banc. Baresi ne gagnera pas une deuxième Coupe du Monde de la FIFA mais avec ses 81 sélections, dont 31 avec le brassard, il représente à lui seul un pan l'histoire du football italien.

Marcio Santos

Le défenseur central brésilien Marcio Santos exulte après la victoire des Auriverde en finale contre l'Italie, aux tirs au but. Quatre ans plus tard, les Brésiliens n'auront pas cette chance : ils devront s'incliner en finale face à leurs hôtes français, sur deux coups de tête de Zinédine Zidane et un tir d'Emmanuel Petit (0-3).

Coupe du Monde 1994

Romario peut se draper des couleurs brésiliennes, après la victoire finale de son équipe sur l'Italie: le Brésil est désormais seul Tetra campeao de l'Histoire, devant l'Allemagne et l'Italie, trois titres chacun. Sous le maillot vert et or, Romario a marqué 54 buts en 69 matches, dont 5 en Coupe du Monde de la FIFA. Cinq buts en sept matches, aux États-Unis...
© 2022 - www.sport-histoire.fr - Tous droits réservés - A propos - Partenaires : Envie d'un thé ou d'un café ?, Développeur web Angers - Langues du site : FR - EN - ES - PT - DE - IT